« De l’idée à l’écrit, du brouillon à l’édition » (Christian Grenier)

Christian Grenier
Photo : Claire Gerthoffert

Le 31 janvier 2013, le Master Édition a eu la chance de pouvoir assister à la conférence que donnait Christian Grenier à l’Université de Strasbourg. Le thème de la soirée « De l’idée à l’écrit, du brouillon à l’édition » nous est présenté par le biais de son œuvre : Ecoland.

A travers différents exemples, Christian Grenier nous révèle toutes les étapes à franchir pour faire passer une idée vers l’écrit. Une idée ne suffit pas à faire un roman, tout un cheminement préalable est nécessaire, l’idée doit mûrir et se développer pour pouvoir exister. Il insiste sur la nécessité de ne rien dévoiler de son projet, il est primordial de réserver son énergie à la surprise. A partir du moment où l’intrigue est révélée, le besoin d’écrire disparaît.

Après avoir trouvé l’idée et l’avoir fait arriver à maturité, arrive le moment de la mettre par écrit. L’auteur doit alors engager toute son énergie à construire une première phrase qui saura instaurer l’ambiance de l’histoire et donner le ton de l’ouvrage. Pour cette première phrase l’auteur doit choisir la place du narrateur (je/ il), et le temps qu’il va utiliser (passé/ présent). Il ne doit pas hésiter à peaufiner et réécrire cette phrase autant de fois que nécessaire. Afin d’illustrer l’importance de cette première phrase, Christian Grenier nous cite : « Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » (Albert Camus, L’Etranger) afin de voir le pouvoir qu’elle opère sur l’ensemble du livre.

Quand elle est au point, la suite de l’œuvre doit être à la mesure de cette première phrase. Il est primordial de ne faire preuve d’aucune indulgence envers soi-même, il faut être intransigeant, impitoyable. Écrire de la littérature jeunesse exige de dires des choses compliquées de manière simple, lé réécriture et les corrections continuelles deviennent une nécessité, parfaire un texte ce n’est pas ajouter des phrases, c’est au contraire savoir en supprimer.

La dernière phrase du roman est aussi importante que la première. Christian Grenier nous explique d’ailleurs qu’il connaît la dernière phrase de son roman avant même de l’avoir commencé. Cette phrase ne doit pas laisser indifférent, c’est pour cette raison qu’il aime particulièrement donner une impression de manque et d’inachevé, il est important que le lecteur sache faire travailler son imagination

Christian Grenier retrace ensuite le cheminement éditorial qui mènera Ecogée à devenir Ecoland. En 1981 naît la collection folio junior science fiction, afin d’ouvrir cette nouvelle collection en marquant le coup les éditions Gallimard demandent à Christian Grenier d’écrire le premier livre qui donnera le coup d’envoi. Christian Grenier pense alors à sa nouvelle : Ecogée destinée initialement aux adultes mais qui ne sera jamais publiée. L’auteur prend alors la décision de changer cette nouvelle pour adulte en roman pour la jeunesse. Cette mutation fera passer le récit par de multiples changements et transformations. Christian Grenier tient à ce roman et croit en cette histoire, il va donc persévérer et n’hésitera pas à le retoucher et le modifier autant de fois que nécessaire: il y aura 13 versions d’Ecoland. Le roman verra finalement le jour en 2003. Christian Grenier a permis aux auditeurs de découvrir concrètement le cheminement de son écriture en donnant accès aux manuscrits d’Ecoland.

Christian Grenier terminera avec cette phrase de Chopin : « Et dans un dernier effort, j’enlève jusqu’à la trace de l’effort »

Rédigé par Claire Gerthoffert

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s