Quand les quotidiens se mettent au numérique : les contraintes éditoriales, par Camille Lejay

On parle du déclin des livres face au numérique et de la crise des journaux qui peinent à « remonter la pente » ou plutôt à stagner. Pourquoi un tel engouement pour le numérique ? Pourquoi semble-t-il être l’ennemi juré du papier ? Voici la véritable raison qui m’a poussée à choisir le sujet de la presse quotidienne à l’ère du numérique : tout simplement parce qu’il s’agit d’un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur. Mais nous ne sommes pas encore en mesure de dire si les conséquences du numérique vont être bénéfiques ou néfastes au papier. Depuis 1950, la presse partage l’information avec les médias audiovisuels. En effet, internet bouscule la définition des relations étroites qu’entretenaient les médias du passé : la radio annonçait l’information alors que la télévision la montrait en image ce qui permettait à la presse de la mettre en perspective. À la fin du XXème siècle, les ordinateurs personnels et les téléphones portables perturbent de nouveau son équilibre et celui de ses concurrents. Le numérique fait apparaître de nouvelles pratiques. Nous ne tournons plus les pages mais nous zappons, filtrons et préservons le tout. Le numérique est donc une source de changements marquants dans les modes de vie personnels, dans la manière de nous divertir, de nous cultiver et aussi de nous informer. À ce jour, il existe différents types d’opinions concernant le numérique. Il y a les enthousiastes qui vantent les extraordinaires potentialités d’Internet vis-à-vis de l’accès immédiat et souvent gratuit à une quantité infinie de données, d’informations, de services, etc. Puis à l’opposé, il y a les alarmistes qui s’inquiètent de l’emprise du numérique sur nos vies, nos pratiques et parlent d’un phénomène d’addiction. Il est donc temps de faire le point.

Couverture Camille Lejay

La première partie tentera de répondre au phénomène du numérique au sein des rédactions des quotidiens français et l’emprise qu’il peut avoir dessus. Pour cela, on abordera trois points, à savoir la structure de l’information sur les deux médias, mais aussi la manière dont ces derniers communiquent entre eux. Enfin, la question de concurrence ou de complémentarité sera étudiée lors d’une troisième sous-partie.

Pages intérieures Camille LJ

Le deuxième et dernier point concernera la presse quotidienne régionale et ce pour diverses raisons : elle est celle qui a mis le plus de temps à se présenter sur le web mais qui pourtant semble la plus apte à en tirer profit. C’est pourquoi on considérera la question de l’héritage et de la tradition à l’ère du numérique, deux caractéristiques de ce type de presse. Ensuite, on observera que les nouveaux usages dus au numérique ont engendré de nouveaux contenus au sein des quotidiens français. On terminera par une étude de cas de L’Alsace et des Dernières Nouvelles d’Alsace. Elle reprendra les points évoqués précédemment dans les deux parties de ce mémoire et ceci afin de mettre en évidence et de manière plus approfondie ces questionnements.

Résumé rédigé par Camille Lejay

Publicités

Une réflexion sur “Quand les quotidiens se mettent au numérique : les contraintes éditoriales, par Camille Lejay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s