Robin Schulz

Le-trio
Delphine, Robin et Benoit

Mon projet d’intégrer l’édition fait suite à cinq années d’études historiques à l’Université de Strasbourg. J’ai été amené, au cours de ma troisième année de licence, à rédiger un devoir semestriel d’une soixantaine de pages portant sur la prostitution à Paris au XVIIIe siècle, prenant pour base les travaux de Louis-Sébastien Mercier et de Restif de la Bretonne. Ces premiers contacts avec l’histoire des femmes m’ont permis d’aiguiser mon intérêt pour des champs historiographiques inédits, à l’instar de l’histoire littéraire ou de l’histoire des représentations. J’ai éprouvé le besoin intellectuel et personnel de prolonger ma réflexion et j’ai opté pour un parcours Master Histoire et Civilisation de l’Europe à l’Université de Strasbourg.

Sous la direction de Monsieur Nicolas Bourguinat, j’ai articulé mes travaux autour de l’histoire des femmes et j’ai entamé la rédaction d’un mémoire en deux ans, traitant de la prostitution de haute-volée en France au XIXe siècle. Mon étude, inédite dans le domaine scientifique, propose de reconstituer un portrait historique et littéraire de la courtisane au travers d’un large corpus documentaire, comprenant des œuvres littéraires et des mémoires de contemporains de l’époque. Il s’agit au travers des représentations littéraires du XIXe siècle, de distinguer les ressemblances et les dissonances entre les deux entités et d’expliquer de quelle manière le demi-monde est devenu le réceptacle des tensions sociales, sexuelles et humaines sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire.

De par mon cursus universitaire et mon appétit personnel, j’ai toujours entretenu une proximité complice avec la littérature. J’ai été amené, au cours de mes études, à éprouver les limites du métier d’historien et l’édition m’est apparue comme le prolongement logique, la concrétisation de la réflexion historique. Il me semblait nécessaire de compléter l’aspect scientifique de mon travail par un versant plus concret, plus matériel. La pratique historique laissant peu de place à la créativité, j’ai rapidement éprouvé le besoin de « faire quelque chose » de mes mains et de reposer la plume quelques temps.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s