Le livre comme outil d’apprentissage des langues, par Louise Flanet

La réflexion autour du livre comme outil d’apprentissage des langues m’est venue de mon expérience personnelle mais également professionnelle. C’est en licence, lors d’un stage au sein d’un établissement privé du centre-ville de Strasbourg, en tant que professeur d’italien stagiaire, que le problème du manuel scolaire de langue m’est apparu. Premièrement, son utilisation s’amoindrit par un manque d’intérêt de l’élève (qui ne se reconnaît plus et ne se retrouve plus dans ce support) mais aussi du professeur (qui le trouve désormais incomplet). Deuxièmement, le contexte pédagogique dans lequel celui-ci se trouve ne favorise en rien son utilisation et son évolution. En effet, l’enseignement des langues en France, pose moults problèmes ; les nouvelles réformes visant à réduire les classes européennes et bilingues, un enseignement trop manuscrit et pas assez oral, un manque d’attirance évident pour les langues, les directives de l’Education Nationale en contradiction avec les réels besoins éducatifs des élèves et enseignants.

Couverture Louise

Une fois le contexte posé, les problèmes exposés, il me fallait déterminer une problématique. Puisque le livre (en tant que manuel) est un support matériel et intellectuel, qu’il voit son format évoluer avec l’arrivée du numérique et la percée de l’audio, et que son utilisation se répercute directement sur l’apprentissage, la problématique allait être : Comment le support influence-t-il la façon d’apprendre ? De là, j’ai vu mon plan se dessiner petit à petit. Il était important de définir les différentes formes du livre – papier, numérique et audio – afin de comprendre et d’évaluer les intérêts des uns par rapport aux autres.

Pages intérieures Louise

Une fois cela fait, je devais entrer dans le vif du sujet et analyser le contexte socio-culturel, économique et pédagogique qui entoure le manuel de langue en examinant les différents publics susceptibles d’être touchés par l’utilisation de celui-ci. Il m’a donc fallu étudier l’utilisation du manuel et l’enseignement des langues chez les enfants, les adolescents, les étudiants, mais également les adultes, pour conclure avec les différentes conditions d’apprentissages et applications de celui-ci. Il était également primordial de considérer les éléments visuels constituant les manuels de langues, c’est-à-dire la composition de la double page et l’apport d’éléments iconographiques. Bien évidemment le plan a été plus d’une fois modifié, et l’aide de Madame Risler m’a été essentielle afin de créer cet effet « entonnoir » (du plus général au plus précis).

Résumé rédigé par Louise Flanet

Publicités

Une réflexion sur “Le livre comme outil d’apprentissage des langues, par Louise Flanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s