Visite de la papeterie LANA

Vendredi 23 octobre, nous, étudiants de première et de deuxième année de master, avons eu la chance de pouvoir visiter la papeterie LANA.

papeterie lana

Implantée dans le quartier de la Robertsau à Strasbourg depuis 1872, l’entreprise compte aujourd’hui 70 employés, et produit environ 5000 références de papier. Nous pouvons citer notamment des papiers de sécurité pour les passeports ou les diplômes du baccalauréat, mais aussi des papiers de couleurs variées.

Cette visite nous a permis de suivre le processus de fabrication du papier dans son intégralité, d’un point de vue théorique dans un premier temps, puis d’un point de vue plus pratique. Nous avons ainsi pu découvrir les différentes machines de production, dont certaines dataient encore de l’après-guerre. Des équipes se relayent ici de jour comme de nuit en semaine pour les faire fonctionner.

Retour en quelques images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques détails supplémentaires…

  • Un pulpeur : où sont mélangés l’eau, la cellulose et les différents adjuvants (comme le talc, qui rend le papier plus ou moins opaque).
  • La machine à papier : le flux de pâte se répartit sur une toile qui va filtrer les fibres et enlever une première partie de l’eau.
  • Les rouleaux : la feuille va être déposée sur un feutre transportant la feuille sous différentes presses pour enlever de l’eau par égouttage, avant de passer dans la sécherie, où l’eau va s’évaporer.
  • Le papier est ensuite vendu en rouleaux ou découpé.

rouleau de filigraneNous avons également pu découvrir l’atelier de filigranage de l’entreprise. Le maître filigraneur (son portrait ici) nous a expliqué la complexité de son art, ainsi que les différentes étapes de création d’un filigrane. C’est avec un grand émerveillement que nous avons vu pour la première fois les rouleaux filigranés de l’atelier. Chaque rouleau prend beaucoup de temps à être fabriqué, les soudures étant, par exemple, réalisées à la main.

Aucune formation ne prépare au métier de filigraneur, et pourtant, c’est un métier complexe nécessitant beaucoup de savoir-faire, et donc un apprentissage très long. Ainsi, le maître filigraneur a admis avoir mis une quinzaine d’années avant de savoir réaliser un filigrane du dessin jusqu’au rouleau filigrané. Il transmet à présent ses compétences à ses deux apprentis. L’un d’eux, qui l’assiste depuis sept ans, commence à connaître le métier.

Avant de partir, nous avons finalement pu comparer les différents types de papier de l’entreprise, et ramener quelques souvenirs…

Le site officiel de la papeterie LANA

Rédigé par Diane Fremiot

Photos : Claire Lebreton et Annika Sanchez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s