Le monde de l’édition : des métiers de passion

Le 21 novembre dernier, étudiants et professeurs du Master Édition se sont rendus au 26e salon du livre de Colmar. Ces événements autour du livre sont l’occasion pour nous d’approcher la vie professionnelle en rencontrant des professionnels, et en assistant à des conférences. Nous avons eu la chance d’écouter des professionnels de la micro-édition parler de leur travail, et la notion de passion m’a semblé importante dans leurs prises de parole. Ils sont auteurs, illustrateurs, éditeurs, typographes ou encore graveurs, et ils en ont en commun leur passion pour la création.

Salle de conférence du salon du livre de Colmar. Neuf intervenants sont sur la scène pour parler de leur métier dans la microédition. Le public écoute attentivement l’éditeur de Issekinicho parler de son métier
Débat final avec les participants de l’Autre salon sur la micro-édition

Les intervenants du Collectif Tardigrade et de Parlez-moi d’amour réalisent des fanzines, ce sont des artistes qui publient avec des techniques d’impression artisanales et dans un nombre restreint d’exemplaires. Le fanzinat est une activité pour laquelle ils se partagent les tâches de l’impression, de la reliure à la main jusqu’à la vente dans des salons. Bien qu’il s’agisse d’un travail qui nécessite une implication importante, il ne s’agit pas de leur emploi principal. Ils effectuent tous un autre travail leur servant de source de revenus, mais ils affirment que tant qu’ils ont des idées et l’envie de publier leurs fanzines, ils le feront. Les contraintes, techniques ou financières, peuvent être des moteurs pour l’inspiration, mais elles ne doivent pas devenir un frein à la création pour ces artistes. Ils n’envisagent pas le passage à une activité à plus grande échelle car les contraintes actuelles seraient démultipliées, devenant des « freins », et il y aurait alors peu de chances pour que ce travail reste un plaisir. Ils préfèrent la liberté de création dont ils jouissent actuellement, aux obligations de publier régulièrement ou de passer à l’impression mécanisée.

Une autre rencontre sur ce salon m’a confirmée que les métiers de l’édition sont des métiers de passion, mais de manière différente. Un étalage de magnifiques livres de cuisine m’a interpellé, il s’agissait des collections Gourmandes aux Éditions Stéphane Bachès. Née en 2006, elles comportent plus de 120 « carnet[s] de recettes manuscrites et illustrées » dans plusieurs formats et à des prix abordables. Cuisinière alsacienne, catalane, vénitienne, créole… ces ouvrages, entre le pratique et le beau-livre, semblent trouver leur public, mais au cours de notre discussion, l’éditeur m’a annoncé qu’il arrêtait la collection. Étonnée, j’ai essayé de comprendre pourquoi et il m’a expliqué alors qu’il pensait avoir fait le tour de ce qu’il attendait des livres de cuisine et qu’il était temps pour lui de réfléchir à une autre collection, le tout avec un ton calme. Je m’attendais à une nostalgie de sa part mais j’ai eu l’impression d’apercevoir une curiosité dans son regard. Pour lui, quand la réflexion sur un futur ouvrage devient un exercice déplaisant, cela signifie que les idées ne sont plus naturelles et qu’il n’est pas bon de les forcer. Avant de parler avec Stéphane Bachès, j’aimais le métier d’éditeur parce que qu’il y est possible de se renouveler dans son travail, mais je ne pensais pas que ce changement pouvait être aussi radical.

En l’espace d’une journée j’ai fait beaucoup de rencontres enrichissantes, et je n’en attends pas moins des prochains salons où nous allons nous rendre. J’ai appris que la passion pour ce que l’on fait est le moteur de notre travail et je pense qu’en tant que futurs professionnels, c’est important d’être conscients de cela. On pourrait même se demander si l’édition, de livres ou de fanzines, nécessite un brin de folie.

Photographie en noir et blanc montrant des caractères typographiques de l’entreprise Affiche Moilkan ainsi que plusieurs outils d’impression artisanale
Caractères typographiques de l’Affiche Moilkan

Photos : Merci Alexandre Beuzeboc !

Site du Collectif Tardigrade

Page Facebook de Parlez-moi d’Amour

Site des Éditions Stéphane Bachès

Site du Salon du Livre de Colmar

Rédigé par Romane Brune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s