Comme un air de révolte

[EN]

Festival d'Angoulême, Copyright : Sandrine Libner
Festival d’Angoulême, Copyright : Sandrine Libner

Digne d’un coup monté, la 43ème édition du festival de la BD d’Angoulême fut pleine de rebondissements. Retour sur les temps forts de cette édition.

Acte 1 :
Chaque année, le Grand Prix du festival est décerné à un auteur ou une auteure pour l’ensemble de son œuvre mais aussi pour sa participation à l’évolution de la bande dessinée. Cependant, malgré la féminisation accrue de la profession, depuis longtemps la sélection pour le Grand Prix ne mentionne aucune femme. La liste présente 30 noms… d’hommes.
Cette année la goutte d’eau a fait déborder le vase, le comité de sélection du Grand Prix du festival a été accusé de sexisme par de nombreux dessinateurs et dessinatrices.
Cet événement a indigné les auteures et auteurs suivant le « collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme » (existant depuis 2013) avec un effet boule de neige digne des réseaux sociaux. De nombreuses réactions ont fleuri : comme ici celle de la dessinatrice Diglee.

Ceci a suscité une mobilisation générale autour du festival. Un collectif d’auteures et de plusieurs auteurs a lancé un boycott contre la sélection du Grand Prix. Parmi ceux-ci, Riad Sattouf (L’Arabe du futur) et Joann Sfar (Le Chat du rabbin) ont demandé que leur nom soit retiré de la liste par solidarité. Les nombreuses réactions ont été relayées sur Twitter avec le hashtag #WomenDoBD.
En réaction, le comité d’organisation du festival décide alors de laisser le choix de leur lauréat aux auteurs. Le directeur du festival, Franck Bondoux a expliqué ces choix dans une interview pour Le Monde :
« Dans l’histoire de la BD, le festival est le reflet de la réalité. Si l’on remonte le temps, on trouve peu de dessinatrices. C’est un constat. Alors dire que le festival d’Angoulême serait sexiste? Allons, l’attaque est totalement déplacée. »

Acte 2 :
Mais cette affaire n’en est pas restée là. En effet, le sujet de l’égalité homme-femme a été abordé lors du discours de l’ancienne ministre de la Culture, Fleur Pellerin à l’occasion de l’inauguration de l’exposition consacrée à Lucky Luke et au dessinateur Morris.
« La culture doit être exemplaire en matière de parité et de respect de la diversité. Il existe des dessinatrices de talent et ce serait injuste, immoral, qu’elles soient mises de côté en raison de leur sexe »
Fleur Pellerin, afin de soutenir la cause « Women do BD », offre une place dans l’ordre des arts et des lettres à huit personnes dont cinq auteures afin de les récompenser en les qualifiant de « symbole du talent français ». Simple compensation ou récompense méritée ? Toujours est-il que quatre d’entre elles refusent la promotion qui leur est offerte tout en s’expliquant sur internet.

Acte 3 :
En guise de dernier salut, la remise des prix clôt le festival sur une représentation qui n’est pas au goût de tout le monde. Le comédien Richard Gaitet, qui anime la soirée de Cérémonie de remise des Fauves, entre en scène et annonce les heureux gagnants de chaque catégorie. Les réactions du public ne se font pas attendre, chacun se réjouit avant la douche froide : tout ceci n’est qu’une farce, la vraie cérémonie n’a pas encore débuté. Celle-ci n’a pas eu le même impact lorsque les réels gagnants ont été récompensés.
Richard Gaitet s’est ensuite excusé dans une lettre au Monde en affirmant qu’il mettait tout son cœur à défendre la littérature et en particulier la bande dessinée.
Une édition qui restera dans les annales. Que nous réserve la 44e édition ?

Rédigé par Maëlle Ferry

Retrouvez la version anglaise de cet article ici : Rebellious Comics

Publicités

Une réflexion sur “Comme un air de révolte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s