Petit mais… costaud !

 

Voici trois semaines que j’ai commencé mon stage aux Éditions Pippa dans le Ve arrondissement de Paris. La maison possède sa propre librairie, postée à coté d’un énième magasin Au vieux campeur, au 25 rue du Sommerard. Façade rouge pétard, vitrine insolite chargée, galerie d’art au -1, Pippa est petit mais a sa plume bien aiguisée.

Il s’agit d’une petite maison d’édition indépendante qui fêtera ses 10 ans en ce 24 juin lors d’un colloque qui aura pour thème le Haïku. Pippa –et le nom n’a rien à voir avec la famille royale d’Angleterre mais fait référence à un instrument de musique oriental– est le bébé né de la passion que Brigitte Peltier, éditrice depuis 45 ans, porte aux livres et à la publication. Cette passion, elle l’a transmise aux étudiants en enseignant dans les universités et continue aujourd’hui lors de stages courts.

La maison possède trois collections, une jeunesse intitulée « P’tis Pippa », une autre qui propose des albums de voyages « Itinérance » et enfin « Kolam », qui réunit tous les genres de la littérature : romans, nouvelles, poésie libre, haïkus, haïgas, tanka etc. Si la maison est petite, il y a plein de choses à faire. La librairie, qui est en même temps le bureau des éditions, est une véritable fourmilière où tout le monde s’active. Je travaille en tant qu’assistante éditoriale en open space avec la graphiste, l’équipe de la communication et les représentants libraires.

Mais avoir son nom dans l’ours, ça se mérite ! Mes tâches sont variées : il faut lire les manuscrits que l’on reçoit, établir une fiche de lecture et peser son potentiel. Ensuite il faut entrer en contact avec les auteurs et entretenir le relationnel. Corriger les manuscrits (chose que je fais armée d’un dictionnaire dans la main gauche et d’un manuel d’orthotypographie dans la main droite. Je tourne les pages du manuscrit avec les orteils et écrit, crayon dans la bouche.) Suivre les épreuves envoyées au maquettiste, pointer les corrections, établir des contrats et créer les argumentaires de vente pour les libraires. Enfin, je consacrerai une courte partie de mon stage à l’événementiel. En effet, comme chaque année, les 25 et 26 juin se déroulera le Salon des Éditeurs indépendants du Quartier Latin au Lycée Henri-IV dont Pippa est le créateur.

Si vous êtes à Paris, venez feuilleter notre best seller : Challigraphie, un recueil de Haïkus illustré par Joëlle Ginoux-Duvivier sur les chats ! Cha alors !

Savanne (Savannah Genvrin)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s