Julie Bierling 

À l’issue de la validation de mon diplôme en septembre 2015, j’étais déterminée à poursuivre mon expérience professionnelle à l’étranger. En effet, dans le cadre du master, j’ai eu l’opportunité d’effectuer mon stage de fin d’études à l’Institut français de Cologne, antenne régionale de l’Institut français d’Allemagne et du service culturel de l’Ambassade de France à Berlin. Cette première expérience professionnelle à l’étranger a eu un effet déterminant sur les choix professionnels qui ont suivis. Emballée à l’idée de m’engager dans la promotion des échanges culturels entre la France et l’Allemagne et de participer à la promotion de la langue et de la culture française à l’étranger, j’ai postulé à la suite de ce stage au programme d’échange pour jeunes libraires et professionnels de l’édition organisé par la Foire du livre de Francfort, le Bureau international de l’édition française et financé par l’Office franco-allemand pour la jeunesse. Ce programme m’a permis – ainsi qu’à treize autres jeunes professionnels de France et d’Allemagne – de faire un stage dans une structure éditoriale du pays voisin. Le programme offrait également la possibilité de se former en amont en proposant deux semaines de séminaire interculturel et linguistique en France et en Allemagne. C’est grâce à ce programme que j’ai eu la chance de travailler chez Alexander Verlag, petit éditeur indépendant berlinois, au début de l’année 2016. Ce programme d’échange a été pour moi l’occasion de rencontrer d’autres jeunes professionnels et d’approfondir mes connaissances du marché du livre dans les deux pays. À la fin du programme, j’ai postulé au service des relations internationales de la Foire du livre de Francfort où je travaille actuellement en tant que chef de projet junior. Je suis actuellement en charge de l’organisation du stand collectif de l’Allemagne au salon Livre Paris et m’occupe de l’organisation de deux programmes d’échange franco-allemands : le programme Goldschmidt pour jeunes traducteurs littéraires et le Paris-Francfort Fellowship, nouveau programme pour les jeunes libraires et professionnels de l’édition. Cette formidable expérience me permet d’allier ma bonne connaissance des métiers du livre et mon intérêt prononcé pour les échanges interculturels afin de travailler au service de projets de coopération internationale.

Adeline Paquet 

J’ai effectué mon premier stage en tant que libraire pendant quatre mois et mon deuxième stage aux rencontres d’écrivains de la librairie Kléber (communication/événementiel) pendant 6 mois. Le deuxième stage m’a beaucoup plu et a confirmé que je préférais travailler dans le secteur culturel au sens large et particulièrement dans la promotion et la diffusion plutôt que dans le secteur de l’édition à proprement dit.
À la fin de mon stage, le 30 septembre 2015, j’ai enchaîné les candidatures dans le secteur culturel pour des postes dans la communication et/ou dans l´événementiel. J’ai pris un job alimentaire pendant mes 6 mois de recherche. Grâce en partie à mon tuteur de stage, j’ai fini par passer un entretien à la Ville de Strasbourg, pour un CDD de six mois comme chargée du volet « culture » du Bureau Europe Créative. Ce bureau, hébergé par l’Eurométropole de Strasbourg, est une antenne du programme Europe Créative dont le siège est à Bruxelles et qui soutient les porteurs de projets culturels audiovisuels européens. Mon CDD a été prolongé de six mois supplémentaires en octobre 2016.
Durant la première partie de mon CDD, mon travail a consisté essentiellement à organiser les Journées Europe Créative. Elles ont eu lieu sur quatre sessions de deux jours tout au long de l’année 2016 (en avril, en juin, en septembre et en novembre). Il s’agit de conférences et de workshops à destination des porteurs de projets audiovisuels et culturels européens et des professionnels de la culture en général. J´’ai également eu l´’occasion de compléter ce travail par des missions de politique publique pour la Direction de la Culture telles que la rédaction d’appels à projet culturel (projet COOP notamment) ou le suivi du subventionnement et du conventionnement des associations artistiques (arts du spectacle, musique, arts du cirque, arts visuels).
Bien que je n’aurais jamais imaginé travailler dans ces secteurs en commençant mon master, je m’épanouis pleinement dans ce poste et je compte continuer sur cette voie.

Mathilde Robert

Passionnée par le Japon et sa culture mais également par les livres, j’ai choisi de faire mes stages de master au sein de maisons d’édition spécialisées dans la littérature japonaise (Éditions Pika à Paris et Éditions Issekinicho à Schiltigheim). Suite à ces stages, je me suis aperçue que j’aimerais continuer à travailler dans ce milieu que ce soit en France ou au Japon. Après avoir discuté avec plusieurs éditeurs, j’en suis venue à la conclusion que parler japonais serait un plus et me permettrait de postuler dans une maison d’édition japonaise. En deuxième année de master, parallèlement aux cours et aux stages, j’ai donc commencé à travailler dans un restaurant japonais avec une équipe japonaise afin d’améliorer un peu mon niveau. Puis, en janvier 2016, je suis partie étudie dans une école de langue à Sapporo au Japon. Au cours de cette période, j’ai eu la possibilité de candidater pour un poste à mi-temps dans une librairie. Malheureusement, ma compréhension des kanji n’étant pas encore parfaite, je n’ai pas été retenue. Je rentre en France en mars 2017 et suis actuellement à la recherche d’un emploi.

Publicités