De Superjhemp – L’anti-héros luxembourgeois

Peu de gens connaissent le Luxembourg et encore moins sa littérature. Pourtant le Luxembourg accueille l’un des évènements européens littéraires les plus importants : le Festival International de la BD de Contern, qui est de plus le seul évènement littéraire du Luxembourg à bénéficier d’une reconnaissance internationale. Et quand on évoque le monde de la bande dessinée luxembourgeoise, on ne peut pas ne pas parler du Superjhemp.

bcec8c84-d78f-4add-8846-c98e744f4a6f_l

Cette figure, chaque Luxembourgeois la reconnaît et pour cause : il s’agit de la bande dessinée la plus populaire du pays. Le nom d’abord : Superjhemp. Le Super, comme pour Superman, rapporte qu’il s’agit d’un superhéros, jusque-là pas de soucis, mais Jhemp ? Jhemp est un prénom typiquement luxembourgeois (la version luxembourgeoise de Jean-Pierre), comme Neckel pour Nicolas, Jang pour Jean, etc. La traduction du titre et en même temps du nom du héros principal serait Super-Jean-Pierre; on pose ainsi déjà les bases d’un personnage antihéroïque, qui sera renforcé par l’aspect parodique de la bande dessinée et le physique du personnage, loin d’être celui du héros tel qu’on le conçoit généralement.

La bande dessinée est le résultat d’une collaboration entre Lucien Czuga (texte) et Roger Leiner (Illustrations) qui dure depuis 1988 et compte aujourd’hui 29 albums. Largement inspiré du Super Dupont français créé par Marcel Gotlib et Jacques Lob, qui ont eux-mêmes caricaturé le Superman américain, les auteurs ont néanmoins fait de leur création une œuvre originale en la transposant dans un contexte des plus luxembourgeois. (Le super-héros ne se dope pas au camembert mais au Kachkéis, un fromage semi-liquide dans lequel on trempe des tranches de pain: cela se voit à sa figure bedonnante).

superjhemp0024Toujours dans la parodie nationale, Superjhemp doit dans chaque album sauver un pays appelé Luxusland (qui n’a certainement rien à voir avec le Luxembourg, qui est parfois appelé Luxusbuerg par ses habitants, n’est-ce pas ?) et on y retrouve régulièrement des cas de l’actualité du Grand-duché comme l’affaire du poseur de bombes dont le procès a commencer en 2014.

Côté chiffres, on recense en 2006 plus de 185.000 exemplaires vendus, un chiffre très imposant quand l’on considère le fait qu’un livre est considéré bestseller au Luxembourg quand on en vend 2500 exemplaires. Ce chiffre de vente impressionnant pour le pays fait des aventures de Superjhemp le livre luxembourgeois en langue luxembourgeoise le plus vendu, ce qui en fait un vrai succès éditorial.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s